Sélectionner une page

Domaine certifié Haute Valeur Environnemental

Des vins authentiques

Mes vins sont le résultat de l’osmose entre un terroir exceptionnel et des cépages autochtones.

Le respect de l’identité de ces deux composants essentiels, donnent des vins authentiques, élaborés le plus naturellement possible : pas ou très peu d’intrants œnologiques et une utilisation minimale de soufre.

Le mode de culture et de vendanges, les méthodes de vinification et d’élevage, tout est en harmonie avec mes convictions, que j’applique également dans mon quotidien : préserver la nature si fragile.

Zéro Pesticides

Depuis de nombreuses années je fais analyser mes cuvées par un laboratoire spécialisé, afin d’y traquer la présence de pesticides, même à l’état de traces.

Un terroir d'Exception ?

C’est l’histoire de la géologie qui est à l’origine de ce miracle.
Tout d’abord, il y a l’exposition des vignes, réunies sur un magnifique coteau situé plein Nord.
En période végétative le rayonnement solaire leur est favorable du matin au soir. La vigne est ensoleillée sans être brûlée.
Ensuite, il y a la nature et la richesse du sol. 

Dans le secret de la cave

Je vinifie et élève mes vins, de manière très artisanale, loin des courants technologiques, de la standardisation. C’est ainsi le terroir de mon vignoble et mes vieux cépages qui sont mis en exergue. Par cette pratique très épurée en cave, je crée des vins reflétant leurs origines, fruit et terroir.

Le Languedoc

Le domaine est au coeur du terroir du Languedoc, sur l’AOP Saint-Chinain, à mi-chemin entre la Mer Méditerranée et ses plages encore sauvages, les contreforts des Cévennes, l’unique cité médiévale de Carcassonne, l’Espagne et les Pyrénées majestueuses.

Vigneron des montagnes du Languedoc.

J’ai fait du vignoble des Terres Falmet une réserve naturelle où la vie et le paysage sont respectés et protégés. Sur un unique coteau promesse tenue d’une vie passionnante bien que difficile, je fais des vins sans artifices

Yves Falmet

Yves a fait le choix d’une viticulture alternative, écologique mais cartésienne.
Il s’est donc détourné des principales formes de viticulture actuelles :
– la viticulture « conventionnelle », asservie aux firmes phytosanitaires et bien trop polluante.
– la viticulture « bio », qui se veut certes moins polluantes mais qui, pour vraiment l’être, mériterait de dépasser certains clivages et d’être repensée selon une approche plus rationnelle.

Au Fil du Temps